Adoptez les bons gestes pour éviter la gastro-entérite !

Chaque hiver, la « gastro » vient nous compliquer la vie avec son cocktail de symptômes très désagréables: perte d’appétit, nausées, vomissements, fièvre légère, diarrhée et fatigue. Selon les dernières données du Réseau Sentinelles (www.sentiweb.fr), la région Pays de la Loire est malheureusement en tête de peloton avec 677 cas pour 100 000 habitants. 

Soyons honnête, il n’existe pas de parade efficace à 100 % contre cette maladie. En revanche, en adoptant de bons gestes, on limite le risque d’être touché.

C’est quoi une gastro-entérite ?

La gastro-entérite résulte de l’inflammation du système digestif. C’est la muqueuse de l’intestin qui est enflammée par un agent pathogène. La gastro-entérite dite hivernale (qui survient surtout entre novembre et mars) est souvent d’origine virale. Cette maladie se manifeste généralement après un temps d’incubation de 1 à 3 jours environ. Ce temps varie en fonction du type de la bactérie ou du virus en cause

Indispensable hygiène des mains 

1-80 % des microbes se transmettent par les mains ! Il faut donc se les laver le plus souvent possible au savon: au minimum 30 secondes et en frottant le dos de la main, la paume, les doigts et leurs interstices. Et de façon systématique avant de préparer un repas, avant de manger, après être allé aux toilettes, après avoir rencontré une personne malade ou avoir utilisé des transports publics. En l’absence de lavabo et de savon, on peut se rabattre sur un gel hydro-alcoolique. 

Concernant ces fameux gels, Que Choisir rappelle que « la norme NF EN 14476 est le premier critère à privilégier. La référence à cette norme indique que le produit a fait l’objet de tests démontrant sont activité sur des virus (…). Mais certains produits n’affichent pas cette norme. Il faut alors vérifier que la solution contient entre 60 et 70 %, ou entre 520 et 630 mg/g d’alcool (éthanol ou alcool éthylique, n-propanol ou alcool propylique, isopropanol ou alcool isopropylique). » Si ce n’est pas le cas, s’abstenir d’acheter le gel en question !

2-Ranger les brosses à dents séparément et ne pas les échanger.

3-Se laver les mains avant de se toucher la bouche ou le nez.

4-Utiliser des mouchoirs à usage unique.

5-En cas de malade dans votre entourage, nettoyer fréquemment, et méticuleusement, les toilettes, lavabos, poignées de porte, téléphone….

6-Changer régulièrement les essuie-mains.

… et de la maison

1-Nettoyer les ustensiles de cuisine et plan de travail.

2-A table, éviter de partager verres et couverts.

3-Nettoyer régulièrement l’intérieur de son réfrigérateur.

4-Garder les aliments frais dans une ambiance réfrigérée.

5-Respecter les dates de validité sur les emballages.

Mieux comprendre notre sommeil

Notre sommeil n’est pas à prendre à la légère. D’abord parce cet « état » représente plus d’un tiers de notre vie. Ensuite, parce qu’il est déterminant pour la préservation de nos capacités à apprendre, pour l’ajustement de nombreuses sécrétions hormonales. Et pour la mise au repos de notre système cardiovasculaire. Bref, le sommeil nous est essentiel ! Certains le considèrent même comme un élément d’éducation et de prévention, au même titre que la nutrition.

Mais au fait, pourquoi dort-on ?

Pour « récupérer » physiquement, psychologiquement et intellectuellement. Les connexions neuronales se réorganisent, permettant de nous adapter à notre environnement et à notre état de veille.

Nous le savons aujourd’hui, le sommeil a un impact sur: le maintien de la vigilance, la reconstitution des stocks énergétiques, la production d’hormones, l’élimination des toxines, la stimulation des défenses immunitaires, la régulation de l’humeur et du stress, les mécanismes d’apprentissage et de mémorisation. Et, par voie de conséquence, un mauvais sommeil affecte toutes ces fonctions.

L’organisation du sommeil

Le sommeil est constitué de différents stades ( sommeil lent, sommeil paradoxal) qui s’organisent de façon identique au cours de la nuit, et quel que soit son âge. Un cycle dure environ 90 mn, débute par du sommeil léger et se termine par du sommeil paradoxal. Une nuit complète comprend de 4 à 6 cycles.

Chez les adultes ayant une activité professionnelle, le sommeil peut-être affecté par le stress au travail, les horaires de début et de fin de travail, les trajets et les horaires atypiques.

Avec l’âge, le rythme veille-sommeil change. Le sommeil est moins profond, le délai d’endormissement s’allonge. On constate aussi: une augmentation de la fréquence des troubles du sommeil (apnées, insomnies, etc…), une augmentation du nombre, et de la durée, des éveils nocturnes, la disparition du sommeil lent profond et la diminution du sommeil paradoxal.

Les conditions d’un bon sommeil 

1-Adopter des horaires de sommeil réguliers.

2-Se lever tous les jours à la même heure.

3-Adopter un réveil dynamique avec lumière forte, exercices d’étirement et un petit-déjeuner complet.

4-Pratiquer un exercice physique régulier en journée.

5-Se reposer ou faire une courte sieste en début d’après-midi.

6-Éviter les excitants après 16 heures (café, thé, cola, vitamine C).

7-Éviter alcool et tabac le soir.

8-Proscrire au lit télévision, travail et repas.

La chambre idéale

La température intérieure est autour de 18° : la chambre doit être aérée régulièrement.

Le lit doit être 15 cm plus long que votre taille.

Il faut éviter de dormir avec un animal car c’est une source de réveils.

Eviter les sources de bruit et de lumière.

Eteindre smartphones ou tablettes qui peuvent gêner par leur sonneries, vibrations ou lumières.

Qualité de l’air de votre logement. Adoptez les bons gestes !

Le temps est humide et les températures « fraîches ». Et l’on n’est guère tenté d’aérer les pièces de son logement au quotidien. Souvent par peur de voir la chaleur intérieure se dissiper. Une erreur commise par beaucoup d’entre nous. Et néfaste pour notre santé ! 

Contrairement à une idée reçue, l’air intérieur est souvent beaucoup plus pollué que l’air de nos rues. En cause, les appareils de chauffage et de cuisson, les produits d’entretien et de bricolage, l’ameublement…la liste étant loin d’être exhaustive. La mutuelle MCRN vous informe et vous invite à adopter les bons gestes.

Attention, danger !

À long comme à court terme, tout le monde n’est pas égal devant les risques. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, certains malades (cardiaques, asthmatiques, bronchitiques, insuffisants respiratoires) sont particulièrement sensibles aux pollutions de l’air. 

Quels sont les polluants ?

Ils peuvent être d’origine chimique: le monoxyde de carbone (C0) se dégage en quantité importante quand des appareils de chauffage ou de production d’eau chaude à combustion sont mal entretenus ou fonctionnent dans une atmosphère appauvrie en oxygène. Il est inodore et extrêmement dangereux.

Les composés organiques volatils (COV) ont la capacité de s’évaporer à température ambiante. Il en existe des centaines et certains sont cancérogènes. Les colles, les peintures, les produits d’entretien et de nettoyage, les désodorisants, les parfums (naturels ou artificiels), les feutres sont des sources classiques de COV. 

Les polluants biologiques sont issus d’organismes vivants (animaux, végétaux, moisissures, etc.). 

Notez que l’humidité est une source indirecte de pollution.

Les bons gestes

1-Aérer au quotidien : 5 à 10 mn par jour. 

2-Entretenir le système de ventilation: il ne faut jamais boucher les grilles hautes et basses d’aération. 

3-Eviter de fumer dans la maison: c’est la première source de pollution dans l’habitat.

4-Utiliser les chauffages d’appoint avec précaution: n’utilisez pas les chauffages d’appoint au pétrole ou au gaz en continu.

5-Opter pour les produits les moins nocifs possibles:  vous limiterez ainsi l’émission de composés organiques volatils (COV) et de polluants. Vous pouvez les repérer facilement : ils portent l’Écolabel Européen. Par exemple, un nettoyant multi-usages portant l’Écolabel Européen ne contient pas de formaldéhyde ou de désinfectant pour une performance équivalente à un produit classique. 

6-Utiliser avec modération les sprays désodorisants chimiques, les bougies parfumées et l’encens. Ce dernier, par exemple, émet des polluants comme du formaldéhyde et du benzène.

8-Évitez l’usage de désinfectants. En France, 7 ménages sur 10 utilisent de l’eau de javel* car la croyance selon laquelle l’habitat devrait être débarrassé de tout microbe est très répandue. Or, dans les foyers qui ont recours à l’eau de javel, les enfants ont plus de risques de développer des infections respiratoires. 

Source:http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/habitation/bien-gerer-habitat/lair-interieur-logement

AlterSoin pour Tous 44 met les thérapies alternatives et complémentaires à la portée de tous

Pour se soigner et aller mieux, il n’y a pas que les médicaments et la médecine traditionnelle. De nombreuses thérapies alternatives et complémentaires à la médecine classique apportent un réel «mieux être ». Et vous en connaissez certaines d’entre elles ! Elles se nomment acupuncture, ostéopathie, réflexologie plantaire, shiatsu ou sophrologie pour ne citer qu’elles. Le hic, c’est qu’elles ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale et donc non-remboursées (*). Pas question, dans ces conditions, d’y avoir recours quand on a de faibles revenus. 

A moins de frapper à la porte d’AlterSoin pour Tous 44 à Nantes, une association créée en 2016 par Malika Darmoungar. La démarche de l’association est simple: mettre à la portée des personnes à faibles revenus un ensemble de thérapies alternatives. Et ça marche ! Depuis 2016, l’association affiche plus de 1300 consultations et plus de 400 bénéficiaires.

Consultations de 10 € à 22 €

La recette de ce succès tient en quelques mots: des praticiens aguerris travaillant bénévolement et des soins réellement accessibles. Le prix des consultations varient de 10 € à 22 € en fonction du quotient familial Caf qui ne doit pas dépasser 700 €. Mais AlterSoin pour Tous 44 est bien plus qu’un lieu de soins. Il suffit de lire le reportage paru il y a quelques semaines dans Ouest-France pour le comprendre. Les mots de chaleur humaine, d’écoute et de bien-être reviennent souvent.

Présente au Forum & Débat organisé le mardi 19 novembre

Dès sa création, la mutuelle MCRN s’est sentie proche de cette association qu’elle soutient. AlterSoin pour Tous 44 est devenue un partenaire à part entière de la mutuelle. Rien d’étonnant donc qu’elle soit présente au Forum & Débat (gratuit et ouvert à tous) organisé par la MCRN le mardi 19 novembre prochain à la Manufacture des Tabacs de Nantes avec pour thème « Et si la Sécu disparaissait ? ». A partir de 15h00, ce mardi 19 novembre, il vous sera possible de rencontrer l’association qui tiendra un stand aux côtés des autres partenaires de la mutuelle (Addeva 44, la Coopérative Funéraire de Nantes et des opticiens responsables).

A noter également que l’association ouvre ses portes au public le jeudi 14 novembre à partir de 18h30.

AlterSoin pour Tous 44, Place de la croix Bonneau à Nantes. Contact: altersoin@gmail.com, 09 53 89 15 60/ 07 81 32 54 14  les lundis, mardis,  jeudis et vendredis de 9h30 à 13h et de 14h à 18h. https://altersoin.jimdo.co

(*)Notez que la mutuelle MCRN rembourse dans le cadre d’un forfait annuel les consultations de médecines complémentaires. Pour connaître le montant de ce forfait, il vous suffit de consulter le tableau des prestations qui vous a été remis ou envoyé.

Comment prolonger les bienfaits des vacances ?

Le mois de septembre touche à sa fin. Mais le sentiment de « bien-être » lié au temps des vacances est encore bien présent. La recette du” bonheur” estival tient en quelques mots: rupture avec le quotidien, rencontres et découvertes, absence de stress, alimentation plus équilibrée ( à base de fruits et de légumes de saison)….

Les vacances riment souvent aussi avec la reprise d’une activité physique. Les conditions (pas seulement météorologiques ! ) s’y prêtent. On y prend goût et on se dit qu’à la rentrée, on continuerait bien. Et il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin ! La Mutuelle MCRN vous y invite.

D’abord parce qu’il n’y a pas d’âge pour pratiquer une activité physique régulière. Même après de longues années d’arrêt ! C’est une règle d’or qu’il faut garder en tête. Encore faut-il trouver la bonne activité. Et l’exercer en douceur. A son rythme. Tant ce cas, les bienfaits sont toujours au rendez-vous. 

Bon à savoir

L’activité physique régulière protège de certaines maladies (cardiovasculaires, hypertension, diabète, ostéoporose…). Elle limite la prise de poids et entretient la forme musculaire. Elle aide à conserver sa mobilité (lutte contre l’essoufflement à la marche, les difficultés à monter des escaliers ou à parcourir de grandes distances à pied, meilleur équilibre…).

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande de pratiquer au moins 30 minutes d’activité physique modérée par jour. Il est possible de fractionner votre activité en 3 séances de 10 minutes par exemple. Pour les personnes n’ayant jamais ou peu pratiqué de sport, si l’activité réalisée est d’intensité faible (marche lente…) prévoyez 45 minutes d’activité par jour.

Quelles activités ?

Choisissez votre activité physique en fonction de vos capacités. Et tournez-vous vers:

la randonnée à pied: elle peut se pratiquer seul ou en groupe. L’intensité d’une randonnée peut être adaptée au niveau de chacun, en modulant la vitesse de marche et la difficulté de l’itinéraire choisi. C’est un excellent moyen de prendre l’air, de faire du sport et de décompresser. La marche nordique, celle qui se pratique avec des bâtons, a le vent en poupe. Apparue dans les pays scandinaves dans les années 1970, elle a beaucoup d’adeptes en France. Le longe-côte qui consiste à marcher en milieu aquatique avec de l’eau, entre le nombril et les aisselles, se développe aussi.

la natation: une activité complète qui fait travailler les muscles et articulations en douceur (si vous allez à votre rythme). Vous pouvez aussi essayer les activités aquatiques de type aquagym, aquabiking qui sont des alternatives sportives et ludiques, favorables aux articulations.

le vélo, c’est bon pour la santé. Et même avec un vélo à assistance électrique ! N’oublions pas que l’assistance peut se moduler, voire même se débrayer.

On y pense moins mais d’autres d’activités sont excellentes pour gérer le stress. Ainsi, le tir à l’arc est parfait pour développer coordination et précision. Les bénéfices liés à la pratique du yoga ou du tai-chi sont indéniables.

Il faut y penser. Avant de vous lancer dans une activité physique, consultez votre médecin généraliste traitant. Il saura vous conseiller ou vous orienter vers des sports adaptés à votre condition physique et à vos capacités. Un test d’effort peut éventuellement vous être proposé.

Pensez au centre de santé dentaire de la MCRN !

Agrandi et réaménagé en 2017, le centre de santé dentaire est géré par la Mutuelle MCRN-SSAM. Il vise à offrir à tous les assurés sociaux des soins de qualité à des tarifs contenus. Avec cinq fauteuils, dont l’un consacré à l’orthodontie, il est en mesure de répondre aux besoins des patients. Toujours plus nombreux. Reportage.

Il est 8 heures en ce jeudi matin. Les équipes du centre de santé dentaire géré par la MCRN-SSAM sont déjà à  pied d’oeuvre. C’est le cas, par exemple, dans le local réservé aux opérations d’aseptisation des instruments. “C’est simple, nous stérilisons systématiquement les instruments après chaque utilisation par les chirurgiens-dentistes. Et cela après le passage de chaque patient, explique Emmanuelle Prigent, l’une des cinq assistantes dentaires employées par le centre dentaire”.

Stérilisation efficace

Emmanuelle nous renseigne sur le cycle complet de stérilisation: il dure environ 2 heures. Il est constitué de trois grandes étapes: d’abord l’opération de trempage dans un produit désinfectant, couplé à des ultrasons. Puis le passage dans un auto-laveur. A l’issue de cette opération, les instruments sont alors bien séchés et mis sous blister. Avant d’être déposés dans un des deux autoclaves. Il s’agit d’un appareil permettant de stériliser par utilisation de la chaleur et de la vapeur d’eau sous pression. Cette dernière étape dure environ 1 heure. Elle rend la désinfection parfaite. Les instruments sont mis alors à la disposition des praticiens. 

Au même moment, le Dr Coranie Lutton, l’un des six praticiens (auxquels il faut ajouter deux orthodontistes) s’installe dans « son » cabinet. « Dès mon arrivée, je vérifie que les ordinateurs soient allumés et connectés. La liste journalière des patients est affichée. Je peux m’occuper du premier d’entre eux ! » A l’accueil, le travail prend tout de suite son rythme de croisière. « Entre appels téléphoniques, accueil des patients, constitution et gestion administrative des dossiers, relations avec les caisses de sécu et les mutuelles, formulaire à remplir dans le cadre de la protection des données individuelles (RGPD), les tâches et opérations différentes s’enchaînent sans discontinuer, souligne Sabrina Brehin, assistante dentaire. » 

Un centre dentaire ouvert à tous les assurés sociaux

Cette après-midi, elle cédera sa place pour s’occuper de stérilisation ou pour assister un praticien. Sabrina est sensible au fait que le cabinet accueille tout le monde, sans aucune discrimination. « Tous les assurés sociaux, sans distinction, peuvent prendre un rendez-vous. C’est notre rôle de prendre en charge les personnes en situation de précarité, voire même les personnes étrangères dans le cadre de l’Aide Médicale d’Etat (AME). »

D’une manière générale, le centre pratique, à chaque fois que cela est possible le tiers payant intégral. C’est à dire le tiers-payant sécu et mutuelle. Concrètement, cela veut dire que les patients ont rarement à débourser de l’argent pour être soignés ici. Et cela change tout pour les patients. « La MCRN-SSAM ne cherche pas à faire de profit souligne Isabelle Ryo, la directrice générale. Cela se traduit dans la démarche de la structure qui a une certaine approche des soins dentaires. » Les praticiens mettent tout en oeuvre pour la conservation des dents naturelles. Les soins prodigués sont de qualité et tarifés au plus juste.

« La contrepartie de cette démarche de 1/3 payant, explique Valérie Legendre, assistante de direction, c’est que cela génère beaucoup d’échanges entre la MCRN et les caisses, les mutuelles des patients.» D’autant que le centre accueille toujours plus de patients depuis son extension. « Plus de 3500 patients nous font confiance souligne Philippe Renou, président de la MCRN-SSAM. Et en 2018, nous avons enregistré près de 9000 rendez-vous ! »

Pratique

Le centre de santé dentaire et son espace d’orthodontie, situés au 4 place des Jacobins à Nantes, sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 19h et le samedi jusqu’à 12h30. Pour prendre rendez-vous, contractez le centre au 02 40 89 65 53. Le centre de santé dentaire reçoit tous les assurés sociaux, adhérents ou non à la MCRN.

Piqûres d’insectes. Comment s’en protéger?

Pique-niques sur l’herbe, promenades en forêt, camping en pleine nature ou en bord de rivière sont indissociables des vacances. Ces bons moments sont autant d’occasions de se faire piquer par des insectes. Le plus souvent sans gravité. Comment se protéger de ces désagréments?

Guêpes, abeilles, frelons, aoûtats, moustiques, tiques…. la liste des insectes ou petites bêtes que nous côtoyons l’été est longue. Et leurs piqûres, souvent sans gravité, sont plus ou moins gênantes ou douloureuses. Comment les éviter ?

Quelques règles à respecter

-éviter de se promener pieds nus dans l’herbe;

-évitez parfums et crèmes qui sont susceptibles d’attirer guêpes et abeilles ;

-choisir des vêtements aux couleurs claires. Éviter les couleurs proches de celles des fleurs ; 

-éviter de s’installer à même le sol et emporter une couverture ou une chaise de camping ; 

-ne pas laisser traîner de fruits et mets sucrés ; 

-si un insecte tourne autour de vous, rester calme. Éviter les gestes brusques. 

Notez bien: si les répulsifs sont efficaces contre les taons, les aoûtats et même les tiques, ils n’ont aucun effet contre les guêpes, abeilles et frelons. Ces insectes sont attirés par les goûts sucrés. Ils ne deviennent agressifs que lorsqu’ils se sentent menacés. 

Piqûres, que faire ?

En cas de piqûre d’abeille, retirez rapidement le dard avec une pince à épiler, préalablement désinfectée.  Guêpes et frelons ont un dard parfaitement lisse, seul le point de piqûre est visible. Enfin, appliquez un pansement à l’alcool à 70 ° ou des glaçons qui auront un effet anti-inflammatoire et ainsi diminueront l’absorption et la diffusion du venin. N’hésitez pas à consulter un médecin si la réaction est intense, étendue, ou si la piqûre concerne le cou, le visage ou, bien entendu, l’intérieur de la gorge. 

Tiques et maladie de lyme

Le ministère de la Santé a fait état en 2018 d’une hausse « significative » du nombre de cas de la maladie de Lyme transmise par les tiques. Lors d’une activité dans la nature, il est ainsi conseillé de se couvrir les bras et les jambes avec des vêtements longs et d’utiliser des répulsifs contre les insectes. Ne pas hésiter à inspecter soigneusement son corps, notamment les zones de plis (aisselles, cou, nuque) après une sortie en nature. En cas de piqûre de tique, il faut retirer l’insecte avec un tire-tique, en surveiller la piqûre pendant un mois. Et consulter un médecin si des symptômes apparaissent. 

Cigarette électronique et arrêt du tabac

Le marché de la cigarette électronique affiche une forme éclatante. Son usage a explosé et le verbe «vapoter » est même entré dans le dictionnaire en 2015, c’est dire ! Aujourd’hui, il y a encore beaucoup d’incertitudes quand à ses effets sur la santé. En revanche, il semblerait que la cigarette  électronique représente une aide pour cesser de fumer.

Les magasins spécialisés proposant des cigarettes électroniques, ou e-cigarettes, fleurissent dans les centres-villes. Et les français(es) sont de plus en plus nombreux à « vapoter », certains ayant complètement délaissé le tabac, d’autres « pratiquant » encore les deux.  Aujourd’hui, aucune étude scientifique sérieuse démontre que « vapoter » est sans effet sur la santé. Manque de recul, problème de méthodologie des études…de multiples raisons expliquent ce flou actuel autour de la dangerosité de la e-cigarette.

C’est quoi une e-cigarette?

Il s’agit d’un dispositif électrique, ayant peu ou prou la forme d’une cigarette, délivrant une fumée artificielle aromatisée et contenant ou non de la nicotine. On l’alimente avec des flacons de « e-liquides » contenant un composant de propylène glycol ou de glyrérol. Avec un choix d’environ 8000 parfums ! On sait aujourd’hui que les effets irritants ou toxiques des composants de l’e-cigarette sont nettement moins élevés que ceux du tabac. Mais de là à dire qu’elle est inoffensive…..

Une aide à l’arrêt

La e-cigarette n’est pas la panacée, l’idéal étant de cesser complètement de fumer ou de vapoter. Mais le point positif est toutefois que les « vapoteurs » diminuent leur consommation de tabac. C’est ce que révèle le Baromètre de Santé Publique France 2017. Depuis l’arrivée de la cigarette électronique en France, il serait environ 700 000 à penser que « vapoter les a aidés à arrêter de fumer. »

Comment arrêter de fumer?

En étant préparé et motivé. 

Avec une prise en charge psychologique si besoin. Les thérapies comportementales ou cognitives sont efficaces pour aider à ne pas craquer et à gérer son stress.

En s’appuyant, si nécessaire, sur des substituts nicotiniques (patchs, gommes à mâcher, etc…) ou des traitements médicamenteux.

A ce sujet, il faut savoir que la Mutuelle MCRN prend en partie en charge l’achat de substituts nicotiniques dans le cadre d’un forfait annuel.

N’hésitez pas à vous renseigner.

danger des UV

L’ÉTÉ, GARE AUX UV !

Le soleil est bon pour le moral et favorise la fabrication de vitamine D. Mais les ultraviolets (UV) sont indissociables du rayonnement solaire. Et il faut apprendre à s’en protéger. Une exposition prolongée au soleil, sans protection, peut provoquer des lésions graves affectant les yeux et la peau. La MCRN vous donne quelques conseils pour que soleil rime avec plaisir.

Le rayonnement ultraviolet est émis principalement par le soleil. Il est totalement invisible pour l’œil humain et ne procure aucune sensation de chaleur. Cette dernière est produite par la lumière infrarouge. Sans entrer dans le détail, disons que les UV se partagent notamment en UVA et UVB. Si les dangers liés aux UVB sont connus depuis longtemps, ceux liés aux UVA le sont depuis peu. Pourtant, ils sont tous les deux dangereux, car ils pénètrent dans l’épiderme et peuvent agir sur les yeux. Les UVA sont très peu filtrés par l’atmosphère et représentent 95% des UV arrivant à la surface de la terre. Les UVB sont mieux filtrés mais leur intensité augmente au cours de la journée. 

UV=danger

Les UV, un danger. Les ultraviolets peuvent provoquer des dommages irréversibles. Sur la peau, ils provoquent des coups de soleil, un vieillissement prématuré, des allergies et, dans les cas les plus graves, des cancers (mélanomes et carcinomes). Pour les yeux, des lésions graves peuvent apparaître à court terme comme une ophtalmie (un « coup de soleil » de l’œil), ou à plus long terme, comme la cataracte ou la dégénérescence de la rétine. 

Tout le monde est concerné mais nous ne sommes pas égaux face au soleil. Si vous avez la peau claire, des cheveux roux ou blonds, les yeux clairs et si vous bronzez difficilement, soyez plus vigilant encore. Attention aussi si vous avez de nombreux grains de beauté (plus de 50), des antécédents familiaux de mélanome ou si vous prenez des médicaments qui peuvent vous rendre “photosensible”, c’est-à-dire plus sensible au soleil.

Les règles d’une bonne protection

Se protéger en portant T-shirt, lunettes et chapeau. Il est bon de savoir que:

-les vêtements (secs), même légers, filtrent les rayons UV et constituent la meilleure protection contre le soleil. 

-les lunettes de soleil sont indispensables. Privilégiez une forme enveloppante et assurez-vous qu’elles portent la norme CE (de préférence CE3 ou CE4) pour une réelle protection. 

-un chapeau protège les yeux et le visage. Préférez un chapeau à larges bords qui couvre également le cou. 

Appliquer régulièrement de la crème solaire: 

-la crème solaire doit être appliquée en couche suffisante sur toutes les parties du corps non couvertes par des vêtements. Privilégiez les indices de protection élevés (indice 30 minimum, voire 50 pour des conditions extrêmes), actifs à la fois vis-à-vis des UVB et des UVA. 

-renouvelez l’application toutes les 2 heures et, bien sûr, après chaque baignade. 

-attention ! Ce n’est pas parce que l’on applique de la crème solaire que l’on peut s’exposer plus longtemps.

alimentation bonne pour la santé

LES RÈGLES D’OR DU BIEN-MANGER

Une alimentation saine et équilibrée est un facteur important de bonne santé. Il suffit généralement de manger ce que l’on aime, pourvu que ce soit varié et en quantités raisonnables.

Afin de conjuguer plaisir de l’assiette et bonne santé, nous vous livrons sept règles d’or du bien-manger.

Objectif, garder la santé !

Pour manger équilibrer, mangez de tout. Il est important de consommer des aliments appartenant à chaque catégorie (glucides, protéines…) en adaptant proportions et quantités à ses besoins.

Equilibrer votre alimentation sur une semaine. c’est ainsi qu’on aboutit à un régime vraiment équilibré sans s’imposer des contraintes.

Eviter de sauter des repas. Chaque fois qu’on le fait, on finit toujours par compenser sous une forme ou sous une autre. Si vous êtes malgré tout amené à le faire, prenez soin de réduire votre activité pour compenser le manque de calories.

Soigner son petit-déjeuner. Il doit apporter autant et être aussi équilibré que les deux autres repas ! Le seul café pris sur le pouce est donc à bannir. Un bon petit-déjeuner est la meilleure façon d’éviter la fringale de 11 heures.

Fuir les régime yo-yo. Les régimes spartiates, avec perte de poids rapide en quelques semaines, sont voués à l’échec. Vous avez 99 chances sur 100 de rattraper en quelques jours les kilos perdus et de rebondir bien au-delà.

Boire mais pas n’importe quoi. On peut boire de l’eau sans modération (1,5 à 2 litres par jour sont recommandés). Pour les boissons sucrés ou l’alcool, c’est une autre histoire. Les calories apportées par l’alcool se transforment en graisse et n’apportent rien de bon. Il faut boire régulièrement de l’eau aussi bien entre les repas que pendant.

Attention au mode de cuisson. Il convient de privilégier les modes de cuisson qui préservent à la fois la saveur et les qualités nutritives des aliments. La cuisson à la vapeur est de la loin la plus saine.